OIE - Go to the homepage

AMR Watch Logo

Subscribe here to the OIE bi-monthly newsletter on antimicrobial resistance!

 

Rabies Watch Logo

Subscribe here to the OIE bi-monthly newsletter on rabies!

 

PPR Watch Logo

Subscribe here to the OIE monthly newsletter on PPR!

 

ASF Watch Logo

Suscribe here to the OIE monthly newsletter on ASF!

 

FMD Watch Logo

Suscribe here to the OIE monthly newsletter on FMD!

 

 

OIE OAI-PMH repository

 

 

Recherche simple


N.B. Utilisez les guillements pour les mots composés. Ex : "Une Seule Santé", "Peste porcine africaine"

Autres recherches  : 

> Recherche avancée dans la revue Scientifique et Technique

> Recherche avancée dans tous les documents

 

Base Documentaire : Article
Titre d'origine Camelid brucellosis: a review
Titre Étude sur la brucellose cameline
Auteurs WERNERY U.
Périodique REV. SCI. TECH. OFF. INT. EPIZ.
Volume 33
Num. périodique 3
Date de parution 12/2014
Nbre/N° de page pp. 839-857
Note-ill. 5 tab., 152 ref.
ISBN/ISSN 0253-1933
Resume_FR La brucellose cameline a été diagnostiquée dans tous les pays élevant des camélidés, à l’exception de l’Australie. La prévalence de l’infection chez les camélidés du Nouveau Monde s’accroît dans de nombreux pays, en raison du commerce incontrôlé de ces animaux. Depuis une dizaine d’années, les connaissances sur la brucellose des camélidés se sont considérablement améliorées grâce à la réalisation d’enquêtes sur le terrain, d’essais d’infection expérimentale et d’analyses de laboratoire exhaustives. Les camélidés de l’Ancien Monde sont fréquemment infectés par Brucella melitensis ; en revanche, l’infection par B. abortus y est plus rare. Les camélidés du Nouveau Monde sont rarement atteints par la brucellose. Dans les pays d’Afrique de l’Est, la prévalence sérologique de la brucellose peut atteindre 40 % à l’échelle des troupeaux, suivant le système de gestion appliqué. Les taux d’incidence les plus élevés sont observés dans des configurations où les camélidés sont élevés avec des petits ruminants infectés. La détection des réactions sérologiques nécessite d’associer plusieurs méthodes sérologiques. La mise en culture de l’agent pathogène reste la méthode de choix pour le diagnostic, bien que plusieurs épreuves recourant à l’amplification en chaîne par polymérase soient désormais disponibles.
Contenu dans Plurithematic issue 2014
Langue ANGLAIS
Langue résumé FRANCAIS ; ANGLAIS ; ESPAGNOL
Provenance Document OIE
Acces Tout public
Localisation Document physique - BIBLIOTHEQUE OIE
PMID 25812208
Lien Librairie en ligne http://web.oie.int/boutique/index.php?page=ficprod&id_produit=1309&lang=en
DOI http://dx.doi.org/10.20506/rst.33.3.2322
EN 11-EN-wernery-839-857


                         

Copyright © OIE 2017. All rights reserved

Contact