OIE - Go to the homepage

Portail Documentaire de l'OIE

N.B. Utilisez les guillements pour les mots composés. Ex : "Une Seule Santé", "Peste porcine africaine"

 Recherche par pays/maladie/thème

 Recherche avancée dans la Revue Scientifique et Technique

 Recherche avancée dans tous les documents

 

Nous travaillons actuellement à la refonte du Portail, n’hésitez pas à nous envoyer vos retours et suggestions à documentation@oie.int

Base Documentaire : Article
Titre d'origine
Nairobi sheep disease virus/Ganjam virus
Titre
Virus de la maladie du mouton de Nairobi ou virus Ganjam
Volume
34
Num. périodique
2
Collection
Revue Scientifique et Technique
Date de parution
08/2015
Nbre/N° de page
pp. 411-417
Note-ill.
2 fig., 37 ref.
Resume_FR
Le virus de la maladie du mouton de Nairobi (MMN) est transmis par les tiques aux moutons et aux chèvres chez qui il provoque une maladie grave, avec de nombreux foyers enregistrés en Afrique de l’Est. Le virus est également présent dans le sous-continent indien où il est désigné sous le nom de virus Ganjam. Le virus ne se propageant qu’à l’occasion des repas de sang des tiques compétentes infectées, sa distribution géographique se limite à celle de ces tiques, à savoir Rhipicephalus appendiculata en Afrique et Haemaphysalis intermedia en Inde. Dans les zones endémiques, les animaux élevés localement ne contractent généralement pas la maladie ; celle-ci affecte donc essentiellement les animaux déplacés à des fins commerciales ou de reproduction. Le tableau clinique de la maladie due au virus de la MMN étant très semblable à celui d’autres maladies des ruminants, le diagnostic doit être confirmé au laboratoire. L’amplification en chaîne par polymérase (PCR), la mise en évidence de la multiplication virale en culture cellulaire ou d’autres tests diagnostiques simples sont décrits dans la littérature mais aucune de ces méthodes n’est commercialisée pour l’instant. De même, aucun vaccin contre le virus de la MMN n’est encore disponible ; néanmoins, des souches atténuées en culture cellulaire s’avèrent prometteuses et pourraient faire l’objet d’essais de vaccination sur le terrain, si besoin. Le virus de la MMN étant très proche de celui de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, des études approfondies sur ce premier virus pourraient apporter de précieux éclaircissements sur le deuxième, qui est un agent pathogène majeur pour la santé publique.
Langue
ANGLAIS
Langue résumé
FRANCAIS;ANGLAIS;ESPAGNOL
Provenance
Document OIE,Document OIE
Copyright
© OIE (World Organisation for Animal Health), 2015
Acces
Tout public
Localisation
Document électronique - EN LIGNE
PMID
26647464
Fichier(s) lié(s)
09-baron-411-417
Fichier(s) lié(s)
thumbnail
09-baron-411-417 (186 ko)
                         

Copyright © OIE 2017. All rights reserved

Contact